Comment garder sa culture d’entreprise tout en s’internationalisant ?

Pour plusieurs entreprises, se développer à l’international semble indispensable pour assurer la croissance de la société et augmenter ainsi son chiffre d’affaires. Mais dans ce genre de situations, un autre problème se pose. En effet, il apparaît improbable (voire impossible même) de préserver sa culture d’entreprise lorsqu’on décide de s’ouvrir au monde. Pourtant, la culture d’entreprise représente avant tout un moteur de performance dans une stratégie d’internationalisation. Elle ne doit donc pas être laissée de côté.

Culture d’entreprise et internationalisation

La culture d’entreprise renvoie à une question de valeurs, mais aussi à l’histoire de l’entreprise et des personnes qui l’ont fondé et l’ont fait grandir. Mais lorsqu’une société décide de s’ouvrir au monde, on assiste à une rupture entre culture locale et culture internationale. Cette situation résulte de l’éloignement géographique et comporte en même temps plusieurs conséquences. La phase d’internationalisation est toujours difficile pour une entreprise. Au cours de l’expansion, la société perd certains éléments de repères pour en intégrer d’autres, propres à une culture locale.

Mais comme Amélie Fenzy l’avait une fois laissé entendre : l’internationalisation ressemble à une dynamique de couple. Il est tout à fait possible de combiner les 2 cultures et d’en faire même un combo gagnant. Pour cela, il faudrait qu’elles soient impérativement solides séparément. C’est seulement ainsi qu’il sera possible de construire ensemble. Adapter la culture de l’entreprise à l’international ne s’improvise point.

Comment adapter la culture de l’entreprise à l’étranger ?

Les raisons pour lesquelles les sociétés souhaitent s’ouvrir vers l’international sont diverses : trouver des relais de croissance, saisir des opportunités, diversifier ses débouchés,développement de portefeuille client à l’international, etc. Mais le choc des cultures d’entreprise peut devenir un véritable frein  à leur expansion. Pour éviter cela, l’entreprise doit être solide dans ses fondamentaux. De ce fait, elle sera en mesure d’intégrer les modifications. Elle doit penser à construire une nouvelle culture qui respectera en même temps les fondamentaux de celle d’origine et s’imprégner de ceux du nouveau pays.

Pensez toutefois à bien définir votre culture d’entreprise dès le début et ce qu’elle implique. Construire des bases solides reste toujours la clé de voûte. Tant qu’on n’est pas prêt de mettre des mots parfaitement clairs sur ce qui doit être respecté dans sa culture, on aura toujours du mal à s’ouvrir à une autre. Si la recette du succès a tendance à se résumer facilement. En pratique, elle est beaucoup plus complexe.

Tous droits réservés aurablog.org